Découvrir

Le Couvent Saint Antoine

Découvrir
Le Couvent Saint Antoine.

Un peu...
L’église de Saint Antoine de Padoue a été construite entre 1868 et 1873 sur la base des plans de l’architecte Pierre Joseph Hubert Cuypers (1827-1921). De style néogothique, l’église est décorée par des peintures murales illustrant l’Eucharistie et l’histoire de l’Ordre Franciscain et de ses saints patrons. 

Au coeur de la ville de Bruxelles dans un quartier populaire se trouve l’église de Saint Antoine de Padoue discrètement cachée dans une petite rue peu fréquentée. Somptueusement décorée par des fresques et des peintures l’église inspire la prière et facilite la rencontre avec Dieu. Tous ceux qui y rentrent pour la première fois sont frappée par son taille, sa beauté et son silence. 

Depuis leur construction l’église et le couvent ont été toujours sous la tutelle des Franciscains Conventuels qui ont servi Dieu et l’Eglise inlassablement. Malgré cela et avec la suppression de la Province Belge la presence franciscaine à Saint Antoine a eu une renaissance avec la venue d’une nouvelle communauté des frères franciscains le 13 juin 2012. L’arrivés des nouveaux frères a donné un nouveau souffle à l’église de Saint Antoine et a introduit un style different centré sur la louange, la fraternité et la mission.

Venez et voir.

Un trésor unique :

La statue de Notre-Dame du chant d’oiseaux dans notre église, de sa physionomie épanouie se dégage un véritable charme de naïve poésie. Dans sa sereine majesté apparaît la jeune mère tout heureuse de la joie de son enfant aux beaux jours du printemps, quand les oiseaux prennent part aux concerts qui s’élèvent de toutes parts de la création.

Quelques historiens font remonter la dévotion à Notre-Dame du chant d’oiseaux, à Bruxelles, vers l’année 1044. « En 1227, les Frères mineurs vinrent s’établir à Bruxelles et bâtir leur église à côté de la chapelle de Notre-Dame du chant d’oiseaux, en 1241, cette chapelle lut entièrement reconstruite et incorporée à l’église». Quant à Pimage dont le lecteur a une reproduction sous les yeux, elle doit dater de la seconde moitié du xiii® siècle. Elle a passé par les vicissitudes les plus variées.

Lors des ravages causés par les iconoclastes, en 1579, elle fut laissée dans les décombres et sauvée par un pieux fidèle au péril de sa vie ; mise à l’abri pendant le bombardement de 1695, elle le fut encore, en 1796, lorsqu’on démolit la chapelle de Notre-Dame du chant d’oiseaux. La statue devint successivement la possession de plusieurs personnes et fut léguée enfin, par M »^ Charlotte Buelens aux Frères Mineurs, à la condition de l’exposer de nouveau à la vénération des fidèles.